Archive pour la catégorie ‘Le saviez-vous ?’

Sessions d’accueil 2009 des L1 de Panthéon-Sorbonne

Mercredi 2 septembre2009

Les sessions d’accueil des étudiants en Licence 1 de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne se dérouleront du vendredi 4 septembre (Géographie) au mercredi 23 septembre (Gestion):

- au centre PMF (13ème) pour les étudiants en Sciences Humaines, en Economie et AES,

- au centre Saint Charles (15ème) pour les étudiants en Arts Plastiques et Cinéma,

- au centre René Cassin (13ème) pour les étudiants en Droit,

- au centre Sorbonne (5ème) pour les étudiants en Gestion.

J.K. Rowling (Harry Potter), a Sorbonne alumna. Aujourd’hui sort HP6, une occasion en or pour vous apprendre ou vous rappeler que J.K. Rowling a étudié à la Sorbonne

Mercredi 15 juillet2009

Comme on peut le lire dans sa biographie à la fin de chaque tome de Harry Potter, J.K. Rowling a étudié à la Sorbonne à Paris. Harry Potter est la franchise la plus populaire dans l’histoire du cinéma.

“Joanne Kathleen Rowling alias J. K. Rowling est née un 31 juillet 1965 à Chipping Sodbury dans le Gloucestershire du Sud en Angleterre. Issue d’une famille modeste, J. K. Rowling écrit depuis l’âge de six ans. Après des études à l’université d’Exeter mais aussi la Sorbonne à Paris, elle est diplômée en littérature française et en philologie ; et après un premier travail au sein de l’association Amnesty International de Londres, elle enseigne le français.

Lors d’un voyage en train de Manchester à Londres elle imagine l’histoire d’un jeune garçon qui découvre ses talents de magicien et part dans une école de sorciers. À tout juste 25 ans, elle perd sa mère. J. K. Rowling s’évade au Portugal pour y enseigner l’anglais et à ce qu’on dit tous les matins, avant d’aller travailler, elle rédige les aventures d’Harry Potter.

Ensuite, en 1992, J. K. Rowling se marie avec un Portugais et donne la vie à une petite fille : Jessica. Mais, son mariage est un échec, elle divorce en 1995 et revient s’installer à Edimbourg, en Ecosse, où elle vit péniblement d’allocations. Jeune mère divorcée, elle se remet vraiment et fermement à écrire sur des coins de table de café mal chauffé, se concrétise alors les aventures du jeune sorcier. Elle devient dès lors la créatrice du célèbre personnage Harry Potter ! Elle écrira et publiera successivement avec un énorme talent et une écrasante réussite : Harry Potter à l’Ecole des Sorciers ; Harry Potter et la Chambre des Secrets ; Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban ; Harry Potter et la Coupe de Feu ; Harry Potter et l’Ordre du Phénix ; Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé. ”

Vous connaissez la suite…

Biographie intégrale en français ici: http://clpav.fr/rowling.htm

Ou ici: http://www.gallimard-jeunesse.fr/harry_potter/site/home.php?frise=1&p=auteur

Ou encore ici: http://livres.fluctuat.net/j-k-rowling.html

Bataille autour de la marque “Sorbonne” entre les deux PRES parisiens

Lundi 13 juillet2009

Comme le prédisait le Président de l’Université Paris-Dauphine, Paris 2 Panthéon-Assas et Paris 6 Pierre et Marie Curie s’apprêtent à obtenir l’usage de la marque “Sorbonne” grâce à leur nouveau partenariat avec Paris 4 Paris-Sorbonne au sein d’un PRES (Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur) qui pourrait s’autoproclamer “La Sorbonne”. Cependant, l’autre PRES, notamment composé des trois autres héritières de La Sorbonne (ancienne Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Paris) l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle et l’Université Paris 5 Paris-Descartes, s’oppose bien évidemment à une telle appellation qui va à l’encontre de l’histoire de l’Université de Paris et de la Sorbonne. Malheureusement pour Paris 1, Paris 3 et Paris 5, Paris 4 a déposé la marque “La Sorbonne” à l’INPI en novembre 2007.

 

AEF.info

Dépêche n°116425
Caroline Franc
Paris, Vendredi 26 juin 2009, 19:02:40

Jean-Claude Colliard, Marie-Christine Lemardeley et Axel Kahn, les présidents des universités Paris-I Panthéon-Sorbonne, Paris-III Sorbonne-Nouvelle et Paris-Descartes, indiquent dans un communiqué commun, vendredi 26 juin 2009, apprendre « avec surprise que le PRES de forme associative en voie de constitution entre les universités Paris-II, Paris-IV et Paris-VI entend prendre le nom de ‘Sorbonne’, sans autre précision, comme pour s’assurer l’exclusivité de cette appellation ». Ils rappellent que leurs universités « ont au moins autant de droits historiques à se réclamer de cet héritage commun et ne peuvent accepter cette tentative de captation illégitime et choquante ». Jean-Claude Colliard ajoute pour AEF qu’il ne voit aucun inconvénient à ce que le PRES appose « La Sorbonne » à un autre terme mais s’oppose à ce qu’il s’arroge le droit de s’appeler uniquement « La Sorbonne ».

De son côté, la présidence de Paris-IV Sorbonne confirme que les statuts du PRES ont été votés hier en CA. Elle ajoute que Paris-IV est propriétaire de la marque « La Sorbonne ». AEF constate en effet sur le site de l’Inpi que Paris-IV a déposé la marque le 8 novembre 2007 et que celle-ci a été enregistrée sous le numéro 3536039. Un membre du CA de Paris-IV ajoute qu’il y a trois semaines le conseil a voté le partage de cette marque avec Paris-II et Paris-VI. « Une condition a été posée : en cas de départ de Paris-IV du PRES, l’université redeviendrait propriétaire de la marque mais le PRES en conserverait l’usage et ne serait pas contraint de changer de nom », explique à AEF Louis Vogel, président de Paris-II Panthéon-Assas.

UNE DÉMARCHE « JURIDIQUEMENT IRRÉPROCHABLE »

Selon lui, cette démarche est donc « juridiquement irréprochable ». Il ajoute que s’agissant d’un éventuel conflit de légitimité, « s’il y en a un qui est légitime pour s’appeler ‘La Sorbonne’, c’est Paris-IV. Et du moment que cette dernière cède sa marque, les destinataires de la cession sont légitimes aussi ». Pour lui, « toutes les universités ont besoin de la marque ‘La Sorbonne’ pour se battre à l’international ». Il indique avoir d’ailleurs proposé à Paris-I un accord pour que les universités parisiennes aient toutes le droit de s’approprier cette marque, avec un signe distinctif, de façon à ce qu’il n’y ait aucune confusion.

« Tous ces combats sont dépassés. Paris-I peut continuer à s’appeler ‘Panthéon-Sorbonne’, je n’y vois pas d’inconvénient. L’idée est d’être tous plus forts à l’international. Nous ne sommes pas dans une attitude d’hostilité. J’ajoute que Paris-I a tenté il y a un an et demi de nous interdire l’appellation ‘Sorbonne-Assas’ sans succès, elle a perdu sa procédure », indique par ailleurs le président de Paris-II.

Classement des meilleures écoles doctorales en France / Ranking of the top doctoral programs in France (2007): Panthéon-Sorbonne n°1

Vendredi 10 juillet2009

” Jusqu’à présent, la mission scientifique, technique et pédagogique (MSTP) du ministère assurait l’évaluation, attribuant une note globale en fonction d’une vingtaine de critères. En 2006, elle a introduit deux nouveaux indicateurs: une note scientifique sur la qualité des équipes, de l’encadrement et du placement des docteurs, ainsi qu’une note de gouvernance rendant compte de l’animation scientifique de l’école et de la formation professionnelle des doctorants. Cet ensemble va aider les étudiants à s’orienter vers l’une ou l’autre école, et les professeurs à intégrer les meilleures équipes. L’Observatoire Boivigny vous donne le classement des meilleures (trois A+)… “

Avec 5 écoles doctorales dans le classement des meilleures universités (3 A+), l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne est la meilleure université de France. Viennent ensuite avec 3 écoles doctorales classées: Paris 2 Panthéon-Assas (en Droit), Paris 6 Pierre et Marie Curie (en Sciences) et Grenoble 1 Joseph Fourier (en Sciences).

L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne démontre son leadership en Sciences Humaines et Sociales et notamment en Histoire, Philosophie, Histoire de l’Art, Droit International et Européen, et Economie.

Les 17 universités qui disposent des meilleures écoles doctorales françaises

Top ranking doctoral programs in France

Université Ville Ecole doctorale
Denis Diderot Paris Sciences du langage
Denis Diderot Paris Savoirs scientifiques : épistémologie, histoire des sciences, didactique
Jean Moulin Lyon Philosophie : histoire, représentation, création
Joseph Fourier Grenoble Terre-Univers-Environnement
Joseph Fourier Grenoble Chimie et sciences du vivant
Joseph Fourier Grenoble Mathématiques, sciences et technologies de l’information
Marc Bloch Strasbourg Théologie et sciences religieuses
Nice Sophia Antipolis Nice Interactions nationales, européennes et internationales
Nice Sophia Antipolis Nice Marchés et organisations : droit, économie, gestion
Panthéon-Assas Paris Droit privé
Panthéon-Assas Paris Droit public interne, science administrative, science politique
Panthéon-Assas Paris Droit international, droit européen, relations internationales
Panthéon-Sorbonne Paris Histoire
Panthéon-Sorbonne Paris Philosophie
Panthéon-Sorbonne Paris Histoire de l’art
Panthéon-Sorbonne Paris Droit international et européen
Panthéon-Sorbonne Paris Economie
Paris-Sorbonne Paris Mondes antiques et médiévaux
Paris-Sorbonne Paris Histoire moderne et contemporaine
Paris Sud Paris Sciences du végétal : du gène à l’écosystème
Paul Cézanne Aix-Marseille Sciences juridiques et politiques
Paul Sabatier Toulouse Sciences de l’univers, de l’environnement et de l’espace
Paul Sabatier Toulouse Biologie, santé, biotechnologies
Pierre et Marie Curie Paris Chimie physique et chimie analytique
Pierre et Marie Curie Paris Physiologie et physiopathologie
Pierre et Marie Curie Paris Diversité du vivant
René Descartes Paris Génétique cellulaire, immunologie, infectiologie et développement
Sciences Sociales Toulouse Sciences économiques
Sciences et Technologies Bordeaux Ecole de mathématiques et d’informatique
Université de la Méditerranée Aix-Marseille Sciences économiques et de gestion
Université de Provence Aix-Marseille Cognition, langage, éducation

5 établissements publics (hors universités classiques) disposant d’une école doctorale d’excellence

Etablissement Ville Ecole doctorale
Dauphine Paris Gestion
Ecole polytechnique Paris polytechnique
IEP Paris sciences po
Insa Lyon Mécanique, énergétique, génie civil, acoustique
Institut National Polytechnique Toulouse Mécanique énergétique

Deux anciens élèves de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne nommés à des ministères clefs du nouveau gouvernement Fillon

Mercredi 24 juin2009

Luc Chatel (Maîtrise de Sciences de Gestion et DESS (Master) Marketing à Gestion Sorbonne) devient Ministre de l’Education Nationale, tout en restant Porte-parole du Gouvernement.

Michèle Alliot-Marie (Doctorat en Sciences Politiques au Département de Science Politique de la Sorbonne, Maître de Conférences à Paris 1, puis Directrice de Science Po Sorbonne), Ministre de la Défense, puis Ministre de l’Intérieur, devient Ministre de la Justice / Garde des Sceaux de la République française.

Souhaitons à ces deux purs universitaires (qui ne sont pas passés par la case traditionnelle Sciences Po + ENA), bonne chance!

 

PS: Le Sorbonne Post-Scriptum est une association apolitique. Citons donc aussi Arnaud Montebourg, Harlem Désir, Manuel Valls, Vincent Peillon, en bref la nouvelle garde du Parti Socialiste, tous diplômés de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Nouveau record: Plus de 1 000 membres sur le groupe Linked In du Sorbonne Post-Scriptum!

Mardi 23 juin2009

Nous venons de battre un nouveau record en dépassant la barre des 1 000 membres sur le groupe Sorbonne Post-Scriptum, Paris 1 Panthéon-Sorbonne University Alumni Network, sur le premier réseau professionnel mondial, Linked In.

Nous sommes le deuxième réseau universitaire de diplômés après Paris-Dauphine sur Linked In.

 

Notre réseau est riche grâce à sa qualité, sa taille et sa diversité. Parmi les derniers membres qui ont rejoint notre réseau cette semaine, citons:

- Romuald Caillaud, CFO du groupe ALLO CINE, notamment diplômé du DEUG MASS de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,

- Guillaume Parent, Coordinator à World Coalition against Death Penalty, notamment diplômé du Magistère en Relations Internationales de Paris 1,

- Carole Landat-Shelley, Avocate à New York et Paris, Co-fondatrice et Trésorière de la French-American Bar Association, diplômée de Panthéon-Sorbonne en Droit des Affaires,

- Benjamin Jolivet, Legal Counsel for Southern Europe à Citrix, titulaire d’une Maîtrise en Droit International des Affaires de la Sorbonne,

- Mohamed Baraket, Corporate Investment Banking Manager à FINACorp en Tunisie,

- Marie Anne Robert, Directrice de pôle clients à Addvisemedia,

- Rob van Ginneken, Maître de Conférences aux Pays-Bas, diplômé du Master en Gestion Globale des Risques et des Crises de Paris 1,

- Elodie Rousselot, Cultural Projects Manager à Madrid, diplômée de la Licence et du Master en Science Politique de Paris 1,

- Clément Aumaître, Maritime Lawyer à CMA CGM à Marseille, diplômé de l’Institut des Assurances de Paris (Panthéon-Sorbonne),

- Meg van Koeverden Brouwer - Gaasbeek, Consultante en Ressources Humaines à Hong Kong, diplômée en Droit à la Sorbonne,

- Kerstin Rodgers, Independent Photography Professional à Londres.

 

Sur ces 11 derniers membres, 4 continents (l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Asie et l’Afrique) sont donc représentés ainsi que plusieurs disciplines de Paris 1: le Droit International, le Droit des Affaires, le Droit des Assurances, l’Economie, la Gestion, la Finance, la Science Politique et les Relations Internationales. Nous sommes en train de constituer un réseau professionnel international et pluridisciplinaire en Sciences Humaines et Sociales sur le modèle de notre chère université, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 

Nos groupes sur les réseaux sociaux:

Sur Facebook: http://www.facebook.com/group.php?gid=5736708107

Sur Linked In: http://www.linkedin.com/groups?about=&gid=38451&trk=anet_ug_grppro

Sur Viadeo: http://www.viadeo.com/hu03/00228wv85pe4rzlf/aae-universite-paris-1-pantheon-sorbonne

Paris 1 vainqueur du concours d’arbitrage international 2009

Samedi 30 mai2009

Le 26 mai 2009 : Alexandra Staritsky, Peter Petrov et Matthieu Quiniou, étudiants en droit international à l’UFR 07 de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ont remporté le premier prix du concours d’arbitrage international organisé par la chaire de régulation de Science Po et le cabinet Clifford Chance.

(6/6) Outre le scandale politico-militaro-financier qui pourrait se cacher derrière la création d’une Sorbonne à Abu Dhabi, pourquoi cette affaire est-elle si importante aux yeux de la communauté universitaire?

Samedi 16 mai2009

 

- Encore plus grave, les obstacles posés par le Quai d’Orsay afin de bannir la présence de Paris 1 Panthéon-Sorbonne au Proche et Moyen-Orient, pourraient remettre en cause des partenariats anciens et qui fonctionnent très bien dans cette région du monde. Paris 1 fait notamment partie de consortiums au Caire (IDAI) et en Palestine (Birzeit University) et a signé des conventions au Liban (Université St Joseph de Beyrouth, Master de Science Politique) et en Syrie (Université de Damas, filière juridique francophone et internationale).

 

 

- L’objectif fondateur de Paris 1 après mai 68 : étendre l’excellence de la Sorbonne aux domaines des Sciences Sociales et des Sciences du Management.

 

Le magazine Challenges pose la question de l’union des « Sorbonne ». Outre les différences de couleurs politiques, aujourd’hui atténuées, il existe toujours une vraie rivalité entre Paris 1 et Paris 4, en particulier en Sciences Humaines. En outre, elles ont aussi deux identités très différentes, Paris 1 Panthéon-Sorbonne étant souvent critiquée par les étudiants de Paris 4 Paris-Sorbonne pour être trop proche du monde économique et des affaires. (Cf. la polémique qui a suivi l’annonce de la formation des Directeurs de Magasins de Conforama par Paris 1).

 

Mais quelle Sorbonne veut-on ? La Sorbonne doit-elle se limiter à être la Faculté des Lettres de Paris, comme avant 1968, et comme le sont toujours aujourd’hui Paris 3 Sorbonne-Nouvelle et Paris 4 Paris-Sorbonne, quand on sait les difficultés qu’éprouvent les jeunes diplômés en Humanités à trouver un emploi en France de nos jours ? Ou doit-elle plutôt couvrir plus largement toutes les Sciences Humaines et Sociales comme Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Arts, Sciences Humaines, Droit, Science Politique, Economie et Gestion) ?

 

 

- Nous parlons ici du leader des Sciences Humaines et Sociales en France.

 

Aujourd’hui, on considère généralement que:

> Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Sorbonne (Paris IV) sont les deux meilleures universités en Arts et Sciences Humaines (Philosophie, Histoire et Géographie),

> Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Sorbonne-Nouvelle (Paris III) sont les deux meilleures universités en Audiovisuel et Communication,

> Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Panthéon-Assas (Paris II) sont les deux meilleures universités de Droit,

> Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’IEP Paris (Sciences Po) sont les deux meilleures universités en Science Politique et Relations Internationales,

> Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Toulouse 1 sont les deux meilleures universités en Economie,

> Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris-Dauphine (anciennement Paris 9, aujourd’hui grand établissement qui sélectionne légalement après le Bac) sont les deux meilleures universités de Gestion.

 

Paris 1 est désormais organisée en trois campus : Quartier Latin, Paris 13ème et Condorcet (Aubervilliers et Porte de la Chapelle avec l’EHESS, l’EPHE, l’ENC, Paris 8 et Paris 13). Ce dernier a pour objectif de devenir le premier campus européen en Sciences Humaines et Sociales.

 

Pourquoi donc empêcher le développement international au Proche et Moyen Orient du champion national des SHS ? Est-ce cela l’autonomie des universités françaises voulue par le gouvernement?

(5/6) Pourquoi parle-t-on d’un « Sorbonne Gate » ?

Samedi 16 mai2009

 

L’Elysée et le Quai d’Orsay sont directement mis en cause. Le vrai problème n’est ni académique, ni juridique, mais politique… Le Quai d’Orsay empêche la création des antennes de Paris 1 au Qatar et au Bahreïn pour « objections d’opportunité » mais quels sont les véritables intérêts supérieurs défendus par l’Elysée et le Quai d’Orsay ? Existe-t-il un accord secret entre la France et Abu Dhabi ?

 

Georges Molinié a même qualifié en 2008 la Sorbonne d’Abu Dhabi comme une « une bombe à retardement ».

 

Selon l’excellente enquête de Patrick Fauconnier (Nouvel Obs) :

« Une seule chose est sûre dans cette affaire : seul le Quai d’Orsay brandit la fameuse clause d’exclusivité. « Chez Pecresse, ils sont au contraire pour la multiplication des partenariats à l’étranger » explique un informateur proche du dossier. « C’est donc qu’il y a d’autres intérêts en jeu que ceux de l’éducation. » Le même informateur fait remarquer que c’est la même branche familiale régnante à Abu Dhabi qui contrôle les intérêts militaires et l’opération Sorbonne . L’Elysée défend-il l’exclusivité Abu Dhabi pour favoriser de futures ventes d’armes et la toute prochaine ouverture, fin mai 2009 d’une base militaire française dans ce pays ? Si cette supposition s’avérait exacte, ce serait une façon inédite de valoriser le renom d’une université. »

(4/6) Protestation de Pierre-Yves Hénin : Sur la forme.

Samedi 16 mai2009

 

Alors qu’il informe régulièrement par courriers officiels, Valérie Pécresse, Bernard Kouchner et Nicolas Sarkozy sur ses projets de partenariats avec le Qatar, puis le Barhein, Pierre-Yves Hénin s’aperçoit que les autorités françaises ne font pas preuve de la même transparence.

 

C’est l’ambassadeur de France à Abu Dhabi qui lui fait savoir, sans aucune autre explication, qu’il est persona non grata lors de la visite officielle de Nicolas Sarkozy au Bahrein; ce qui l’obligea à décliner l’invitation du Roi. Ce n’est que le 18 février que le Président de Paris 1 reçoit enfin une réponse de Bernard Kouchner.

 

Outre les méthodes de l’Elysée et du Quai d’Orsay, une autre protestation de Pierre-Yves Hénin concerne la nature secrète de cet accord entre Paris 4 et Abu Dhabi. Il existe en effet une clause de confidentialité entre les deux parties, fait assez rare en ce qui concerne des accords universitaires qui se veulent d’habitude transparents.

 

Enfin, la commission d’un intermédiaire clef dans la montée de ce projet n’a pas été payée et Pascal Renouard de Vallière attend toujours les deux millions d’euros qu’on lui avait promis.