Archive pour la catégorie ‘Portrait d'un Panthéon-Sorbonnard’

Portrait d’un Panthéon-Sorbonnard: François Durpaire

Lundi 19 janvier2009

Né à Poitiers le 14 août 1971, François Durpaire a fait ses études secondaires au lycée Carnot à Dijon. Après un double cursus de Philosophie et d’Histoire à l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, il obtient l’agrégation d’histoire en 1996. Sa thèse de doctorat - soutenue en 2004 sous la direction d’André Kaspi (président du jury : Pierre Boilley) - porte sur le rôle des Etats-Unis dans la décolonisation de l’Afrique noire francophone. Il est cofondateur en 2005 de l’Institut des Diasporas Noires Francophones (idnf.org) et directeur de publication de la Revue des Diasporas Noires (diasporasnoires.com). Chercheur associé au centre de recherche Nord-Américaine [Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne] il est actuellement enseignant à l’IUFM de Versailles.

François Durpaire a occupé successivement les fonctions suivantes :
1996-2006 : Professeur agrégé en lycée, en poste fixe au lycée Marcelin-Berthelot de Pantin (93) de 2003 à 2006
2000-2007 : Chargé de cours en Licence(histoire nord-américaine) à l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne
Depuis 2005 : Directeur de l’Institut des Diasporas Noires Francophones
Depuis 2007 : Enseignant-formateur à l’IUFM de l’académie de Versailles (université de Cergy-Pontoise) et chercheur-associé au Centre de Recherche d’Histoire Nord-Américaine de Paris 1-Panthéon-Sorbonne.

Ses recherches actuelles portent sur les conséquences des migrations postcoloniales sur les liens entre nation et citoyenneté. En prenant le cas des diasporas noires en France et aux Etats-Unis, il s’agit d’interroger les liens entre l’histoire postcoloniale et la notion de transnationalisme.

 

Bibliographie:

  • Ouvrages
    • L’Amérique de Barack Obama, Paris, Démopolis, 2007
    • France blanche, colère noire, Paris, Odile Jacob, 2006
    • La civilisation américaine, PUF, “Quadrige“, 2006
    • Les Etats-Unis ont-ils décolonisé l’Afrique noire francophone ?, Paris, L’Harmattan, 2005
    • Enseignement de l’histoire et diversité culturelle, Nos ancêtres ne sont pas les Gaulois, Paris, CNDP/Hachette éducation, 2002
  • Articles
    • “Pour une pédagogie des passerelles : les élèves antillais en France hexagonale et l’enseignement de l’histoire”, Enseigner l’histoire dans la Caraïbe, Fort-de-France, CDDP Martinique, 2007
    • “Vers un mouvement français des droits civiques ?”, revue “Mouvements sur le postcolonial”, 2007
  •  

    Source: PUF, http://www.puf.com/wiki/Auteur:Fran%C3%A7ois_Durpaire

    Portrait d’un Panthéon-Sorbonnard: Jean Sarkozy

    Dimanche 9 novembre2008

    Jean Sarkozy est étudiant en Licence de Droit à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

    Licence de Droit à Paris 1: http://www.univ-paris1.fr/formation/juridique_politique/ufr26/article123.html

    A seulement 22 ans, Jean Sarkozy est déjà Conseiller Général des Hauts-de-Seine et membre important de l’UMP (Union pour un Mouvement Populaire).

    Mais pourquoi est-ce que le fils du Président de la République Française, qui est aussi un homme politique qui fait preuve d’une extraordinaire maturité pour son jeune âge, a choisi Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour se former plutôt que Paris 2 Panthéon-Assas (Droit) ou l’IEP Paris (Sciences Po)?

    Est-ce parce que nous représentons l’alliance du meilleur des Sciences Humaines (la Sorbonne, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Paris) associé au meilleur des Sciences Sociales (le Panthéon, Faculté de Droit et Sciences Economiques de Paris) depuis 1971?

    Ou est-ce parce que nous disposons de partenariats en Droit avec Columbia University of New York, Brown University, Cornell University, Oxford University, King’s College of the University of London, Universidad Complutense de Madrid, … ?

    Ou alors est-ce parce que nous venons d’être classée parmi les 100 meilleures universités dans le monde en Sciences Sociales, alors qu’Assas, Dauphine, l’ENA, l’ENS, HEC et Sciences Po n’y figurent pas?  ;-)

     

    Sa biographie sur Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Sarkozy

    Portrait d’un Panthéon-Sorbonnard: Laurence Ferrari

    Dimanche 9 novembre2008

    Laurence Ferrari est diplômée du très réputé Master 2 Professionnel (DESS) en Communication Politique et Sociale dirigé par Monsieur le Professeur Jacques Gerstlé du Département de Science Politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et au sein duquel interviennent aussi les plus grands sociologues des médias français (Francis Balle, Denis Muzet,…).

    Fiche du Master: http://www.univ-paris1.fr/rubrique1031.html

    Site de l’Association du Master: http://www.sorbonnecommunication.net/home

    Entre 1986 et 1997, elle travaille successivement pour l’AFP, le Figaro Magazine, Europe 2, Le Point et Europe 1.

    Puis elle est recrutée par LCI, France Info, France 2 (”Studio Gabriel”, 1994) et TF1 (”Combien ça coute?”, 1997).

    De 2000/2001 à 2006, elle présente le magazine d’information “Sept à Huit” et “Vis ma vie” sur TF1. Entre 2002 et 2006, elle devient le joker officiel de Claire Chazal au journal de 20 heures de TF1.

    En 2006, elle quitte TF1 pour Canal Plus et présente l’excellent magazine politique “Dimanche +” tout en s’occupant du “Journal Inattendu” de RTL.

    Elle est depuis Août 2008 présentatrice du Journal de 20 heures de TF1, le plus regardé d’Europe.

     

    Sa biographie sur Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Laurence_Ferrari

    Portrait d’un Panthéon-Sorbonnard: Michel-Edouard Leclerc

    Vendredi 3 octobre2008

    Biographie:

    Directeur des Centres E.Leclerc (www.e-leclerc.com), première enseigne de France avec plus de 17% de part de marché de la grande distribution (14% pour Carrefour), le médiatique Michel-Edouard Leclerc, souvent désigné par ses initiales, MEL, est un Panthéon-Sorbonnard et fier de l’être.

    Il fait d’ailleurs souvent référence à sa formation sur son blog, “De quoi je me M.E.L.” (www.michel-edouard-leclerc.com),  et dans son livre d’entretiens “Du Bruit dans le Landerneau” publié en 2004 chez Albin Michel. Il quitta sa Bretagne natale et l’Université de Brest pour rejoindre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne afin de bénéficier de sa nouvelle approche pluridisciplinaire en Sciences Humaines et Sociales, ce qui lui permit d’étudier à la fois la Philosophie, la Science Politique et l’Economie, tout en côtoyant les plus belles et brillantes étudiantes parisiennes et les plus beaux esprits français de l’époque. Il est notamment diplômé du Doctorat ès Sciences Economiques de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (l’université fondatrice de la Paris School of Economics avec d’autres Grandes Ecoles et Grands Etablissements comme Normal Sup’, l’EHESS, les Ponts et Chaussées et l’INRA, www.parisschoolofeconomics.eu, et la seule université qui dispose d’un département uniquement consacré à l’enseignement et à la recherche en Science Politique, http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9partement_de_science_politique_de_la_Sorbonne).

    Morceaux choisis:

    ” Michel-Edouard Leclerc, étiez-vous préparé à jouer ce rôle, à devenir le patron des Centres
    E. Leclerc ?

    Non, pas du tout. J’ai d’abord choisi de faire des études classiques, à dominante littéraire. Et si je suis sorti de la faculté muni d’un doctorat en sciences économiques, j’ai surtout fréquenté les amphithéâtres de la Sorbonne pour y suivre des cours de sciences politiques et de philosophie. Depuis l’adolescence, je rêvais d’être enseignant ou journaliste. J’étais passionné par ces deux métiers et je ne me sentais nullement obligé d’incarner la continuité de l’entreprise. Bien au contraire, je conférais déjà à ces deux passions professionnelles le sens d’une mission. C’était un engagement. J’avais organisé mes études, j’avais mis en éveil toute ma curiosité pour m’y préparer. A la fac, mes condisciples « pigeaient » comme moi pour quelques journaux. Ils ont entretenu cette vocation. J’étais très influencé par les grandes figures du journalisme : Pulitzer, bien sûr, et ses méthodes d’investigation, Albert Londres, Joseph Kessel, John Reed, et toutes les grandes signatures de l’époque, de Robert Guillain au Monde à Marc Kravetz dans Libération. Je lisais fébrilement leurs articles comme on attend le nouvel épisode d’un feuilleton. Et puis, il y avait la présence d’un homme qui, dans mon éveil intellectuel, aura joué un rôle essentiel : Michel Bosquet. Il signait dans le Nouvel Observateur toutes ses « critiques du capitalisme quotidien ». Et c’est sous le nom d’André Gorz que cet ancien disciple de Jean-Paul Sartre poursuivait dans « Les Temps Modernes » son oeuvre salutaire de rénovation de la gauche. Je l’ai connu en Bretagne. Il était venu à la rencontre de mes parents pour comprendre la scission des Centres E. Leclerc avec les adhérents du groupe Intermarché. Ce qui l’intéressait, c’était d’analyser l’efficacité du modèle coopératif par rapport au commerce intégré. Il m’a fait lire John Kenneth Galbraith, découvrir Herbert Marcuse, l’école critique de Francfort et les économistes radicaux américains. Avec beaucoup d’affection et de pédagogie, lui et sa femme m’ont poussé à réfléchir sur le sens de l’action. Et c’est avec eux que j’ai découvert l’importance de l’écologie politique.

    [...]

    Qu’est-ce qui vous a donné envie de poursuivre des études de sciences économiques. Qu’est-ce qui
    vous a fait rejoindre les bancs des étudiants en philosophie ?

    Une furieuse volonté d’agir et de donner du sens à ma vie ! Ce sont des expressions banales. Tout le
    monde s’y réfère. Chez moi, tout simplement, c’est une obsession.  Je me suis inscrit à la faculté à Brest en voulant comprendre les rouages de l’économie. J’ai adhéré au PSU. Ce courant politique, fraîchement crée par Serge Mallet et Michel Rocard, traversait une mouvance allant du mouvement coopératif aux régionalistes, en passant par les partisans d’une Europe sociale. J’avalais les écrits arides de nos grands économistes, malgré une difficulté majeure. La mode était à la micro-économie. Je n’avais pratiquement pas fait de maths ! Et comme nos prix Nobel ne sont pas des monstres de littérature, il fallait apprendre le calcul intégral et manier les dérivés pour expliquer les courbes du chômage. J’en ai eu vite assez ! Ce n’était pas de la paresse. Mais c’était une époque où l’économétrie imposait sa dictature. Après la révolte étudiante de 1968, on avait supprimé l’enseignement de la sociologie. Il fallait tout rationaliser, modéliser. J’avais pourtant le pressentiment qu’il n’était pas besoin de ces explications, finalement simplistes, pour décrire la faillite inéluctable des chantiers navals ou de l’industrie charbonnière. J’ai changé de faculté. Je me suis inscrit à la Sorbonne. J’y ai rejoint d’autres étudiants, avides de comprendre les mutations sociales. A l’Université de Paris I, il y avait les cours de Raymond Barre. Classique ! Mais, à deux encablures, dans un autre amphithéâtre, je me suis retrouvé aux côtés de Jérôme Garcin, aujourd’hui merveilleux écrivain, dans la mire de Vladimir Jankélévitch. Quel homme extraordinaire ! Quelle finesse, quelle humilité ! Et ses coups de colère si dérangeants, dès qu’il pouvait fustiger les grands penseurs allemands. Il distillait une philosophie du désespoir, mais aussi du pardon, si corrosive mais salvatrice. A la sortie des cours, il faisait bon retrouver le parterre des plus belles étudiantes, corps et âme tendus vers l’écoute de Michel Serres. J’ai aimé sa manière de faire aimer l’étude, la recherche et la vie. Son cours d’histoire de la philosophie des sciences est un antidote à la morosité. Je suis toujours resté en relation avec lui, comme d’ailleurs avec Alain Etchegoyen, un autre de ses élèves, passionné lui aussi d’établir des ponts entre l’entreprise et la société. Je ne doute pas qu’après sa récente nomination au Commissariat Général au Plan, il redonne toute son utilité et sa noblesse à cette institution. C’est pendant ces études que j’ai participé à la rédaction de premiers numéros spéciaux de la revue Que Choisir, consacrés à l’Europe et à l’environnement. Des thèmes alors très novateurs pour les mouvements de consommateurs.”

    Sa page sur Wikipedia:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel-%C3%89douard_Leclerc

    Son blog:

    http://www.michel-edouard-leclerc.com/blog/m.e.l/index.php

    Portrait d’un Panthéon-Sorbonnard: Claude Lévi-Strauss

    Mercredi 1 octobre2008

    L’un des pères fondateurs de la pensée structuraliste et de l’anthropologie et de l’ethnologie modernes dont l’influence est à la fois transdisciplinaire (étudié aussi en philosophie, sociologie, etc.) et mondiale (doctor honoris causa de Harvard, Oxford, etc.), fut aussi l’un des premiers Panthéon-Sorbonnards… avant même la création de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 1971!

    Il est l’exemple même du positionnement et des valeurs défendus par notre université: la pluridisciplinarité en Sciences Humaines et Sociales. Né le 28 novembre 1908, Claude Lévi-Strauss étudie tout d’abord à la Faculté de Droit de Paris (le Panthéon) où il obtient sa Licence, puis étudie à la Faculté des Sciences Humaines de Paris (la Sorbonne) où il obtient l’agréation de Philosophie et un doctorat és Lettres.

    Nous lui rendrons bien évidemment hommage pour célébrer ses 100 ans en cette fin d’année.

     

    Sa biographie complète sur le site du Collège de France:

    http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/ins_pro/claude_levistrauss.htm

    Sa biographie sur MEMO:

    http://www.memo.fr/Dossier.asp?ID=304

    Sa page sur Wikipedia:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_L%C3%A9vi-Strauss

     

    Quelques publications de Claude Lévi-Strauss:

    Principaux ouvrages

    La Vie familiale et sociale des Indiens Nambikwara, 1948.
    Les Structures élémentaires de la parenté, 1949. Nouvelle édition revue et corrigée, 1967.
    Race et histoire, 1952.
    Tristes Tropiques, 1955. Nouvelle édition revue et corrigée, 1973. Édition définitive, 1984.
    Anthropologie structurale, 1958.
    Le Totémisme aujourd’hui, 1962.
    • La Pensée sauvage, 1962.
    Mythologiques*. Le Cru et le cuit, 1964.
    Mythologiques**. Du Miel aux cendres, 1967.
    Mythologiques***. L’Origine des manières de table, 1968.
    Mythologiques****. L’Homme nu, 1971.
    Anthropologie structurale deux, 1973.
    La Voie des masques, 1975. Édition revue et augmentée, 1979.
    Le Regard éloigné, 1983.
    Paroles données, 1984.
    La Potière jalouse, 1985.
    Histoire de Lynx, 1991.
    Regarder écouter lire, 1993.
    Saudades do Brasil, 1994.
    Saudades de São Paulo, 1995.
    Race et histoire Race et culture, Paris, Albin Michel/Éditions Unesco, 2002 - Réédition

    En avril 2008, il fait son entrée dans la prestigieuse collection Bibliothèque de la Pléiade.

     
     Contributions et collaborations

    - « Contribution à l’étude de l’organisation sociale des Indiens Bororo », Journal de la Société des américanistes, 28 (2) : 269-304, 1936.
    - « On dual organization in South America », America Indígena, 4 (1) : 37-47, 1944.
    - « L’analyse structurale en linguistique et en anthropologie », Word, Journal of the Linguistic Circle of New York, I (2) : 1-12, 1945.
    - « La vie familiale et sociale des indiens Nambikwara », Journal de la société des américanistes, 37 : 1-132, 1948.
    - « L’efficacité symbolique », Revue de l’histoire des religions, 85 (1) : 5-27, 1949.
    - « Le sorcier et sa magie », Les Temps Modernes, 41 : 3-24, 1949.
    - « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss », in Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie. Paris, Presses Universitaires de France : IX-LII, 1950.
    - « Le Père Noël supplicié », Les Temps Modernes, 77 : 1572-1590, 1952.
    - « Les mathématiques de l’homme », Bulletin international des sciences sociales, 6 (4) : 643-653, 1955.
    - « Les organisations dualistes existent-elles ? », Bijdragen tot de Taal-, Land-, en Volkenkunde, 112 (2) : 99-128, 1956.
    - « Sur les rapports entre la mythologie et le rituel », Bulletin de la société française de philosophie, 50 (3) : 99-125, 1956.
    - « La geste d’Asdiwal », Annuaire de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Sciences religieuses), 1958-1959 : 3-43, 1959.
    - « Le problème de l’invariance en anthropologie », Diogène, 31 : 23-33, 1960.
    - « L’anthropologie sociale devant l’histoire », Annales, 15 (4) : 625-637, 1960.
    - « On manipulated sociological models », Bijdragen tot de Taal-, Land-, en Volkenkunde, 116 (1) : 45-54, 1960.
    - « Jean-Jacques Rousseau, fondateur des sciences de l’homme », in Jean-Jacques Rousseau. Neuchâtel, La Baconnière, 1962.
    - « Les limites de la notion de structure en ethnologie », in Roger Bastide, ed., Sens et usages du terme structure. La Haye, Mouton : 40-45, 1962.
    - « The future of kinship studies. The Huxley Memorial Lecture 1965 », Proceedings of the Royal Anthropological institute of Great Britain and Ireland : 13-22, 1965.
    - « Le triangle culinaire », L’Arc, 26 : 19-29, 1965.
    - « Discours pour la remise de la médaille d’or du CNRS », Le Monde, 13 janvier : 9, 1968.
    - « Comment meurent les mythes », Esprit, 39 : 684-706, 1971.
    - « Réflexions sur l’atome de parenté », L’Homme, revue française d’anthropologie, 13 (3) : 5-30, 1973.
    - « Structuralisme et empirisme », L’Homme, revue française d’anthropologie, 16 (2-3) : 23-39, 1976.
    - « Nobles sauvages », in Culture science et développement : contribution à une histoire de l’homme. Mélanges en l’honneur de Charles Morazé. Toulouse, Privat : 41-55, 1979.
    - « Culture et nature. La condition humaine à la lumière de l’anthropologie », Commentaire, 15 : 365-372, 1981.
    - « L’adieu à la cousine croisée », in Les Fantaisies du voyageur, XXXIII variations Schaeffer. Paris Société française de Musicologie : 36-41, 1982.
    - « Histoire et ethnologie », Annales, économies, sociétés, civilisations, 38 (6) : 1217-1231, 1983.
    - « Du mariage dans un degré rapproché », in Jean Claude Galey, ed., Différences, valeurs, hiérarchie : textes offerts à Louis Dumont. Paris, Ed. de l’EHESS : 79-89, 1984.
    - « Siamo tutti cannibali », La Repubblica, 10 octobre 1993.
    - « La sexualité féminine et l’origine de la société », Les Temps Modernes, 598 : 78-84, 1998.
    - « Apologue des amibes », in Jean-Luc Jamard, Emmanuel Terray, Margaritha Xanthakou, eds, En substances : textes pour Françoise Héritier. Paris, Fayard : 493-496, 2000.
    - « La leçon de sagesse des vaches folles », Champ libre, 11 : 3, 2000.
    - « Productivité et condition humaine », Etudes rurales, 159-160 : 129-144, 2001.
    - « Figures en sablier » in Pierre Maranda, dir. The Double Twist. From Ethnography to Morphodynamics, Toronto, University of Toronto Press : 15-32, 2001.
    - « De grées ou de force », L’Homme, revue française d’anthropologie, 163 : 7-18, 2002.
    - « Préface » in Luis Donisete Benzi ed., Brésil indien : les arts des Amérindiens du Brésil, Paris : Éditions de la Réunion des musées nationaux, p.16-17, 2005.
    - « L’ethnologue devant les identités nationales », in XVII Premi internacional Catalunya ,2005 Barcelone, Generalitat de Catalunya ; Paris, Académie Française, 2005.

    Source: Collège de France.

    http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/ins_pro/claude_levistrauss.htm

    Portrait d’un Panthéon-Sorbonnard: Pierre-Yves Hénin

    Mercredi 1 octobre2008

    Biographie de Pierre-Yves Hénin:

    Professeur en sciences économiques, il préside l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne depuis mai 2004.

    Titulaire d’une maîtrise, d’un DES d’Economie, il obtient un doctorat ès sciences économiques en 1970. Il est chargé de recherche à l’ISEA et au CNRS de 1967 à 1971. Il réussit l’agrégation de sciences économiques en 1971 à l’université Paris-1 Panthéon Sorbonne. Il exerce en tant que professeur à l’université d’Orléans jusqu’en 1975, puis rejoint l’université Paris-1, où il enseigne l’économie générale, la macroéconomie, la dynamique, les fluctuations et la croissance.

    Il fonde et dirige le centre de recherche “macroéconomie et analyse des déséquilibres” de 1974 à 1990. Il a été par ailleurs membre du conseil scientifique de l’Ecole nationale des statistiques et de l’administration économique de 1980 à 1986 et membre élu de la section “Economie” du Comité national du CNRS de 1981 à 1983. Expert auprès du Comité économique et social des communautés européennes à Bruxelles, il est ensuite consultant pour le ministère de la Recherche et de la Technologie (1985-1986). Il a dirigé le Centre pour la recherche économique et ses applications de 1991 à 2004.

    Membre élu du comité exécutif de l’Association européenne d’économie (European economic association) de 1988 à 1992, il a préside l’Association française de sciences économiques de 1995 à 1997. Aujourd’hui, il est membre de la commission permanente de la Conférence des présidents d’universités (CP2U).

    Pierre-Yves Hénin est Chevalier de l’Ordre national du Mérite, “Economiste de l’année”, catégorie conjoncture (”Le Nouvel Economiste” 1996), Chevalier des Palmes académiques et Chevalier de la Légion d’Honneur, prix de thèse de l’AFSE.

     

    Source: EducPros.

    http://www.educpros.fr/recherche-de-personnalites/fiche-personnalite/h/e93ba46d40/personalite/pierre-yves-henin.html

     

    Quelques publications de Pierre-Yves Hénin : 

     

    Ouvrages:

    - “Should we Rebuild Built-in Stablizers ?”, (Ed. et contrib.), Kluwer, 1997

    - “Advances in Equilibrium Business Cycles Models”, Heidelberg : Springer Verlag, 1995 (coordination et contribution introductive)

    - “L’équilibre macroéconomique”, Paris : Economica, 1993, 2ème édition, 1995

    - “La Persistance du chômage”, Paris : Economica, 1993 ( coordination et contributions).

    - “L’indexation des salaires : Fondements et implications macroéconomiques”, Paris : Economica, 1987 (Co-direction et contributions)

    - “Déséquilibres en économie ouverte”, Paris : Economica, 1985 (Co-direction et contribution)

    - “Croissance et accumulation du capital en déséquilibre”, Paris, Economica, 1982 (Co-direction et contributions)

    - “Etudes sur l’économie en déséquilibre”, Paris : Economica, 1980 (Coordination et contribution)

    - “Macrodynamics : Fluctuations and Growth”, London : Routledge and Kegan Paul, 1986. Traduction de “Macrodynamique : Fluctuations et croissance”, Paris : Economica, lère ed. 1979, 2ème ed. 1981

    Articles et Contributions:

    78. - “Welfare effects of alternative pension reforms: assessing the transition costs for French socio-occupational groups” (avec Th. Weitzenblum), à paraître dans Journal of Pension Economics and Finance.

    77. - “Employment Protection and the Stock Market: the Common Shock Case” (avec Th. Weitzenblum), Economic Modelling, janvier 2005, 22(1), pp. 127-146.

     

    76. - “Eléments d’évaluation de la réforme des retraites : coûts et avantages des stratégies de transition” (avec Th. Weitzenblum), Revue Française d’Economie, vol. XVIII, n°3, janvier 2004, pp. 9-73.

    75. - “En finir avec IS-LM ? Remarque sur une contribution de Gilbert Abraham-Fois”, Revue d’Economie Politique, n° 4, 2003

    74. - “Assessing the effects of policy changes : Lessons from the European 1992 experience”, (avec M. Podevin), Annales d’Economie et de Statistique, n° 67/68, 2002

    73. - “Testing for hysteresis : unemployment persistence and wage adjustment” (avec P. Fève et Ph. Jolivaldt), Empirical Economics, Vol. 28, n° 3, 2003

    72. - “L’effet des politiques budgétaires sur l’activité : Une fonction des conditions conjoncturelles et du régime budgétaire ?” (avec P. N’Diaye), Economie et Prévision, 2001, 147, pp. 73-88

    71. - “Assessing effective sustainability of fiscal policy within the G-7″, (avec P. Fève), Oxford Bulletin of Economics and Statistics, 2000, 62, pp. 175-196

    70. - “Balancing budget through tax increases or expenditures cuts : is it neutral ?” (avec S. Garcia), Economic Modelling, 1999, 16, pp. 591-612

    69. - “Contribution de l’approche impulsion-propagation”, in “Connaissances Economiques : Approfondissements”, textes réunis par B. Lassudrie-Duchène, Edit. Economica, pp. 65-98, Janv. 98

    68. - “Evaluation économétrique de la soutenabilité de la dette extérieure des pays en développement” (avec P. Fève), Revue Economique, Vol. 49, n° 1, Janvier 1998

    67. - “The sustainability of foreign undebtness of developing countries : An empirical assessment”, in “Money, growth and standard change”, édité par J.R. Teixeira, Presse de l’Université de Brasilia, 1997, pp. 181-196

    66. - “Soutenabilité des déficits et ajustements budgétaires”, Conférence AFSE in Revue Economique, Vol. 48, n° 3, Mai 1997

    65. - “Deficit sustainability versus output stabilization : is it a trade off ?”, (avec B. Candelon), Should we rebuild built-in stabilizers ?, in Hairault, Hénin, Portier (ed.), Kluwer, Mars 1997

    64. - “Commentaire sur l’article : “Quel est le coût des ajustements budgétaires”, Economie Internationale, Revue du CEPII, 1996, n° 68

    63. - “La dernière récession a-t-elle été exceptionnelle, (avec B. Candelon), Economie et Prévision, n° 4, 1995

    62. - “L’évaluation du coût en bien-être des fluctuations économiques par des modèles d’équilibre calculable”, in P. Artus et D. Laussel, ” Politique économique : fondements théoriques ” Edit., Economica 1997, pp. 203-230

    61. - “Les épisodes de la convergence européenne”, (avec Y. Le Pen), Revue Economique, 1995

    60. - “L’impact à long terme des chocs de demande”, Revue Economique, 1994

    59. - “Ecarts conjoncturels et croissance dans six économies de l’OCDE”, (avec J. Chateau), Economie et Prévision, 1994

    58. - “Les nouvelles théories de la croissance : quelques apports pour la politique économique” (avec P. Ralle), Revue Economique, 1994

    57. - “Caractérisation et analyses théoriques de la persistance du chômage”, in Développements de la Macroéconomie : Mélanges en l’Honneur du Doyen Alain Barrère, Publications de la Sorbonne, 1995, Développements de la Macroéconomie

    56. - ” Rapport de l’atelier “Dynamique économique et politique de croissance”, (avec P. Ralle), Commissariat Général du Plan, Perspectives de l’économie française, Ed. La Découverte et Documentation Française, 1993, pp. 95-122

    55. - “Profits, investissement et chômage”, (avec Th. Jobert), in : La Persistance du chômage, pp. 217-258

    54. - “Equations de salaires et effets d’hystérèse : au-delà de la courbe de Phillips”, (avec F. Collard), in : La Persistance du chômage, pp.159-182

    53. - “Chômage et écart conjoncturel : une reformulation de la loi d’Okun”. (avec Th. Jobert), in : La Persistance du chômage, pp. 79-114

    52. - “Caractérisation et mesure”, (avec Th. Jobert), in : La Persistance du chômage, Economica, 1993, pp. 49-78

    51. - “Les modèles de cycle réel peuvent-ils expliquer les fluctuations de l’emploi et de la productivité ?”, (avec X. Fairise et F. Langot), Economie et Prévision, 1993, 106: pp. 23-40

    50. - “Tendances stochastiques et composantes cycliques du PNB”, in La Comptabilité Nationale pour quoi faire ?, Etudes coordonnées par E. Archambault et 0. Arkhipoff, Economica, 1992, pp. 213-225

    49. - “Persistance du chômage et hystérèse : une étude économétrique comparative”, (avec Th. Jobert), Proceeding of the Applied Econometrics Association Conference on the Econometrics of Labour Market, Strasbourg, Septembre 1990

    48. - “Sur la non stationarité des séries macroéconomiques Tendances, cycle et persistance”, Revue d’Economie Politique, Octobre 1989, pp. 661-691

    47. - “Une macroéconomie sans monnaie pour les années 1990 ? Revue critique des travaux théoriques et empiriques sur les cycles réels”, Revue d’Economie Politique, Juillet 1989, pp. 531-596

    46. - “An IS-LM Representation of Macroeconomic Equilibrium with Rationing”, (avec Ph. Michel), in : Keynes Today, Theories and Politics, A. Barrere edit. Mac Millan, 1988, pp. 93-110, repris en traduction allemande comme “Eine IS-LM-darstellung makrö-konomischer gleichgewischte bei rationierung”, dans “Das IS-LM Modell : Entstehung ung Wandel”, volume coordonné par I. Barens et V. Caspari, Metropolis, Marburg, 1994

    45. - “Indexation et rigidités salariales dans quatre pays de l’OCDE”, (avec T. Laurent), in : L’indexation des salaires : Fondements et implications macroéconomiques, Paris : Economica, 1987, pp. 160-192

    44. - “Robert SOLOW : Théoricien néoclassique de la croissance”, Le Monde, 27 Oct. 1987

    43. - “Eléments d’évaluation des rigidités salariales, nominales et réelles, dans différents pays de l’OCDE”, (avec T. Laurent), in : Flexibilité, mobilité et stimulants économiques, Paris: Nathan, 1987, pp. 219-245

    42. - “Analyse macroéconomique des taux d’activité et flexion conjoncturelle”, (avec L. Bloch, O. Marchand, F. Meunier, C. Thelot), Economie Appliquée, 1986, pp. 665-705

    41. - “Pour l’emploi : que préconisent les économistes ?”, Projet, Mars-Avril 1986, pp. 59-70
    Repris dans Problèmes Economiques, 1989, pp.24-29

    40. - “Contrats indexés dans une économie monétaire”, (avec A. Zylberberg), Annales de l’INSEE, 1986, pp. 147-164

    39. - “Equilibres avec rationnement d’une économie à planification centralisée et secteur parallèle : une analyse macroéconomique”, Revue d’Economie Politique, 1986, pp. 217-239

    38. - “A Dual Decision Approach to Disequilibrium Growth”, (avec V. Ginsburg and Ph. Michel), Oxford Economic Papers, 1985, PP 353-361
    Repris dans : Prices, Quantities and Expectations, P.J.N. Sinclair, edit., Oxford University Press, 1987, pp. 386-394

    37. - “Une représentation IS-LM des équilibres avec rationnement”, (avec Ph. Michel), in : Keynes aujourd’hui : Théories et Politiques, Paris : Economica, 1985, pp. 101-116

    36. - “Rationalité intertemporelle du gouvernement et des agents privés dans une économie ouverte en déséquilibre”, (avec Ph. Michel), in : Déséquilibres en économie ouverte, op. cité, pp. 213-254

    35. - “Croissance et accumulation en déséquilibre dans une économie ouverte”, (avec Ph. Michel), in : Déséquilibres en économie ouverte, op. cité, pp. 193-212

    34. - “Monnaie, intérêt et change dans une économie ouverte en déséquilibre”, (avec W. Marois), in : Déséquilibres en économie ouverte, op. cité, pp. 95-136

    33. - “Sur les déséquilibres d’une économie ouverte : une revue des recherches récentes”, (avec W. Marois), in : Déséquilibres en économie ouverte, Paris : Economica, 1985, pp. 65-94

    32. - ”Una Representaçao IS-LM dos Equilibrios Macroeconomicos con Racionamento”, (avec Ph. Michel), Cadernos de Ciëncias Sociais, Porto, 1984, pp. 169-190

    31. - “Keynes aujourd’hui, une influence contestée”, Projet, 1984, pp. 315-322

    30. - “Sur la compatibilité à long terme d’un ajustement partiel des prix avec l’hypothèse d’anticipations rationnelles”, (avec A. Zylberberg), Revue d’Economie Politique, 1984, pp. 792-807

    29. - “Sur l’efficacité de la politique monétaire dans des modèles de prévision rationnelle avec ajustement partiel des prix”, (avec A. Zylberberg), Economie Appliquée, 1983, pp . 157-174

    28. - Présentation de : Réflexions sur la théorie macroéconomique contemporaine, de J. Tobin, (avec J.P. Pollin), Paris , Economica, 1983, pp. 3-19

    27. - “L’impact macroéconomique d’un choc pétrolier”, Revue Economique 1983, pp. 865-896

    26. - “Théorie de la croissance avec rigidité salariale et contrainte de demande effective : une reformulation”, (avec Ph. Michel), in : Croissance et accumulation en déséquilibre, op. cité, pp. 249-286

    25. - “Equilibres temporaires marxiens et formes de suraccumulation”, in : Croissance et accumulation en déséquilibre, op. cité, pp. 81-98

    24. - “Equilibres avec rationnement dans une économie à deux secteurs prix fixes prix flexibles”, (avec Ph. Michel), in Croissance et accumulation en déséquilibre, Paris, Economica, 1982, pp. 45-80

    23. - “Harrodian and Neoclassical Paths in a Constrained Growth Model” (avec Ph. Michel),Economic Letters, 1982, pp. 237-242

    22. - “Controverses macroéconomiques face au problème de l’emploi”, Economies et Sociétés. Série SH n° 24, 1982

    21. - “Equilibres avec rationnement dans un modèle macroéconomique avec décision d’investissement endogène”, Economie Appliquée, 1981, pp. 697-728

    20. - “James TOBIN : Un grand Keynésien”, (avec J.P. Pollin), Le Monde, 20 Oct. 1980

    19. - Discussion de la contribution de C. Holt : “Wages and Job Availability in Segmented Labor Markets”, in : Unemployment in Western Countries, E. Malinvaud and J.P. Fitoussi, ed., MacMillan, 1980

    18. - “La répercussion de l’inflation sur le taux d’intérêt obligataire”, Economies et Sociétés, Série MO n° 2, 1980

    17. - “L’offre d’emploi en longue période avec une technologie putty clay”, Annales de l’INSEE, Juin 1980, pp. 77-96

    16. - “Les incitations à l’emploi dans le débat de politique économique”, Revue Economique, Jan. 1980, pp. 16-20

    15. - “Les comportements d’entreprise en déséquilibre comme processus d’ajustement”, (avec M. Pouchain), in : Etudes sur l’economie en déséquilibres, op. cité, pp. 123-194

    14. - “Théorie des déséquilibres et régulation macroéconomique”, in : Etudes sur l’économie en déséquilibre, Paris : Economica, 1980, pp. 227-253

    13. - “De la productivité à la rentabilité”, Revue d’Economie Industrielle, numéro spécial, n° 5, 1978

    12. - “Critères de choix et efficacité comparée de la croissance externe des entreprises”, in “Mélanges économiques en hommage à P. Moran”. Paris : Economica, 1978, pp. 107-137

    11. - “Individual and Time Effects in the Dividend Behaviour of Firms”, in : “Econometrics of Panel Data”, P. Mazodier and M. Nerlove editors, Annales de l’INSEE, n° 30-31, 1978, pp . 271-296

    10. - “Rapport de synthèse”, in : “Le capital dans la fonction de production”, Colloques internationaux du C.N.R.S. n° 570, 1977, pp. 433-444

    9. - “L’effet des mesures de politique économique concernant les entreprises : une méthode d’analyse”, (avec R. Prost), Revue d’Economie Industrielle, n° l, 1977, pp. 37-56

    8. - “Mieux-value, surplus et valeur chez Sismondi”, in : “Histoire, socialisme et critique de l’économie politique”, Economies et Sociétés, 1976, pp. 1212-1214

    7. - “Sur la définition des structures causales en économétrie”, Cahiers du Séminaire d’Econométrie, C.N.R.S., 1974

    6. - “Modèles de production sous contraintes financières”, Economies et Sociétés, 1973, pp. 761-812

    5. - “Financement des entreprises”, in Encyclopédia Universalis

    4. - “Investissement et structure financière des entreprises, essais d’analyse typologique et causale”, (avec J.F. Echard), Economies et Sociétés, 1970, pp. 1229-1560

    3. - “L’évolution des explications économétriques de l’investissement : une appréciation méthodologique”, Economies et Sociétés, 1969, pp. 989-1030

    2. - “Coût du capital et analyse économique”, Economies et Sociétés, 1969, pp. 957-988

    1. - “L’autofinancement dans la théorie américaine du financement de l’entreprise”, Economie Appliquée, 1968, pp. 695-710

     

    Source: Page personnelle sur Eurequa (Laboratoire de Recherche en Economie Quantitative du Centre d’Economie de la Sorbonne, Unité mixte de recherche du CNRS et de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

    http://eurequa.univ-paris1.fr/membres/Henin/CV.htm#administratif

     

    Pierre-Yves Hénin sur Wikipedia:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Yves_H%C3%A9nin