Articles avec le tag ‘réseau’

Rejoins les 276 professionnels internationaux qui sont déjà membres de notre groupe sur Linked In

Lundi 13 octobre2008

Je viens juste d’accepter manuellement les “requests to join” de 43 Panthéon-Sorbonnards (anciens élèves dans leur plus grande majorité) ! Je ne vous cacherai pas mon plaisir de lire les CV de ces grands professionnels, souvent au profil très international! :-) Notamment, parce que Linked In est uniquement disponible en anglais actuellement (version beta en espagnol).

276 Panthéon-Sorbonnards qui sont aussi: Directeurs, Consultants, Cadres Seniors, Managers, Responsables des Ressources Humaines, Avocats, Artistes, Traders, Producteurs, Enseignants-Chercheurs, Juristes, Marketeurs, Comptables, Financiers, etc. à Unilever, Microsoft, Manpower, SFR, Cap Gemini, Boston Consulting Group, BBC, Bombardier, EADS, DHL, Orange, Europcar, Columbia University, Crowel, Credit Suisse, Alcatel-Lucent, Nokia, AFP, etc. en France et dans le monde entier.

Si tu n’es pas déjà inscrit sur notre groupe Linked In, tu sais ce qu’il te reste à faire! ;-)

Nom: Sorbonne Post-Scriptum (Paris 1 Panthéon Sorbonne University Alumni Network)

Lien: http://www.linkedin.com/groups?about=&gid=38451&trk=anet_ug_grppro

Portrait d’un Panthéon-Sorbonnard: Michel-Edouard Leclerc

Vendredi 3 octobre2008

Biographie:

Directeur des Centres E.Leclerc (www.e-leclerc.com), première enseigne de France avec plus de 17% de part de marché de la grande distribution (14% pour Carrefour), le médiatique Michel-Edouard Leclerc, souvent désigné par ses initiales, MEL, est un Panthéon-Sorbonnard et fier de l’être.

Il fait d’ailleurs souvent référence à sa formation sur son blog, “De quoi je me M.E.L.” (www.michel-edouard-leclerc.com),  et dans son livre d’entretiens “Du Bruit dans le Landerneau” publié en 2004 chez Albin Michel. Il quitta sa Bretagne natale et l’Université de Brest pour rejoindre l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne afin de bénéficier de sa nouvelle approche pluridisciplinaire en Sciences Humaines et Sociales, ce qui lui permit d’étudier à la fois la Philosophie, la Science Politique et l’Economie, tout en côtoyant les plus belles et brillantes étudiantes parisiennes et les plus beaux esprits français de l’époque. Il est notamment diplômé du Doctorat ès Sciences Economiques de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (l’université fondatrice de la Paris School of Economics avec d’autres Grandes Ecoles et Grands Etablissements comme Normal Sup’, l’EHESS, les Ponts et Chaussées et l’INRA, www.parisschoolofeconomics.eu, et la seule université qui dispose d’un département uniquement consacré à l’enseignement et à la recherche en Science Politique, http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9partement_de_science_politique_de_la_Sorbonne).

Morceaux choisis:

” Michel-Edouard Leclerc, étiez-vous préparé à jouer ce rôle, à devenir le patron des Centres
E. Leclerc ?

Non, pas du tout. J’ai d’abord choisi de faire des études classiques, à dominante littéraire. Et si je suis sorti de la faculté muni d’un doctorat en sciences économiques, j’ai surtout fréquenté les amphithéâtres de la Sorbonne pour y suivre des cours de sciences politiques et de philosophie. Depuis l’adolescence, je rêvais d’être enseignant ou journaliste. J’étais passionné par ces deux métiers et je ne me sentais nullement obligé d’incarner la continuité de l’entreprise. Bien au contraire, je conférais déjà à ces deux passions professionnelles le sens d’une mission. C’était un engagement. J’avais organisé mes études, j’avais mis en éveil toute ma curiosité pour m’y préparer. A la fac, mes condisciples « pigeaient » comme moi pour quelques journaux. Ils ont entretenu cette vocation. J’étais très influencé par les grandes figures du journalisme : Pulitzer, bien sûr, et ses méthodes d’investigation, Albert Londres, Joseph Kessel, John Reed, et toutes les grandes signatures de l’époque, de Robert Guillain au Monde à Marc Kravetz dans Libération. Je lisais fébrilement leurs articles comme on attend le nouvel épisode d’un feuilleton. Et puis, il y avait la présence d’un homme qui, dans mon éveil intellectuel, aura joué un rôle essentiel : Michel Bosquet. Il signait dans le Nouvel Observateur toutes ses « critiques du capitalisme quotidien ». Et c’est sous le nom d’André Gorz que cet ancien disciple de Jean-Paul Sartre poursuivait dans « Les Temps Modernes » son oeuvre salutaire de rénovation de la gauche. Je l’ai connu en Bretagne. Il était venu à la rencontre de mes parents pour comprendre la scission des Centres E. Leclerc avec les adhérents du groupe Intermarché. Ce qui l’intéressait, c’était d’analyser l’efficacité du modèle coopératif par rapport au commerce intégré. Il m’a fait lire John Kenneth Galbraith, découvrir Herbert Marcuse, l’école critique de Francfort et les économistes radicaux américains. Avec beaucoup d’affection et de pédagogie, lui et sa femme m’ont poussé à réfléchir sur le sens de l’action. Et c’est avec eux que j’ai découvert l’importance de l’écologie politique.

[...]

Qu’est-ce qui vous a donné envie de poursuivre des études de sciences économiques. Qu’est-ce qui
vous a fait rejoindre les bancs des étudiants en philosophie ?

Une furieuse volonté d’agir et de donner du sens à ma vie ! Ce sont des expressions banales. Tout le
monde s’y réfère. Chez moi, tout simplement, c’est une obsession.  Je me suis inscrit à la faculté à Brest en voulant comprendre les rouages de l’économie. J’ai adhéré au PSU. Ce courant politique, fraîchement crée par Serge Mallet et Michel Rocard, traversait une mouvance allant du mouvement coopératif aux régionalistes, en passant par les partisans d’une Europe sociale. J’avalais les écrits arides de nos grands économistes, malgré une difficulté majeure. La mode était à la micro-économie. Je n’avais pratiquement pas fait de maths ! Et comme nos prix Nobel ne sont pas des monstres de littérature, il fallait apprendre le calcul intégral et manier les dérivés pour expliquer les courbes du chômage. J’en ai eu vite assez ! Ce n’était pas de la paresse. Mais c’était une époque où l’économétrie imposait sa dictature. Après la révolte étudiante de 1968, on avait supprimé l’enseignement de la sociologie. Il fallait tout rationaliser, modéliser. J’avais pourtant le pressentiment qu’il n’était pas besoin de ces explications, finalement simplistes, pour décrire la faillite inéluctable des chantiers navals ou de l’industrie charbonnière. J’ai changé de faculté. Je me suis inscrit à la Sorbonne. J’y ai rejoint d’autres étudiants, avides de comprendre les mutations sociales. A l’Université de Paris I, il y avait les cours de Raymond Barre. Classique ! Mais, à deux encablures, dans un autre amphithéâtre, je me suis retrouvé aux côtés de Jérôme Garcin, aujourd’hui merveilleux écrivain, dans la mire de Vladimir Jankélévitch. Quel homme extraordinaire ! Quelle finesse, quelle humilité ! Et ses coups de colère si dérangeants, dès qu’il pouvait fustiger les grands penseurs allemands. Il distillait une philosophie du désespoir, mais aussi du pardon, si corrosive mais salvatrice. A la sortie des cours, il faisait bon retrouver le parterre des plus belles étudiantes, corps et âme tendus vers l’écoute de Michel Serres. J’ai aimé sa manière de faire aimer l’étude, la recherche et la vie. Son cours d’histoire de la philosophie des sciences est un antidote à la morosité. Je suis toujours resté en relation avec lui, comme d’ailleurs avec Alain Etchegoyen, un autre de ses élèves, passionné lui aussi d’établir des ponts entre l’entreprise et la société. Je ne doute pas qu’après sa récente nomination au Commissariat Général au Plan, il redonne toute son utilité et sa noblesse à cette institution. C’est pendant ces études que j’ai participé à la rédaction de premiers numéros spéciaux de la revue Que Choisir, consacrés à l’Europe et à l’environnement. Des thèmes alors très novateurs pour les mouvements de consommateurs.”

Sa page sur Wikipedia:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel-%C3%89douard_Leclerc

Son blog:

http://www.michel-edouard-leclerc.com/blog/m.e.l/index.php

Portrait d’un Panthéon-Sorbonnard: Claude Lévi-Strauss

Mercredi 1 octobre2008

L’un des pères fondateurs de la pensée structuraliste et de l’anthropologie et de l’ethnologie modernes dont l’influence est à la fois transdisciplinaire (étudié aussi en philosophie, sociologie, etc.) et mondiale (doctor honoris causa de Harvard, Oxford, etc.), fut aussi l’un des premiers Panthéon-Sorbonnards… avant même la création de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 1971!

Il est l’exemple même du positionnement et des valeurs défendus par notre université: la pluridisciplinarité en Sciences Humaines et Sociales. Né le 28 novembre 1908, Claude Lévi-Strauss étudie tout d’abord à la Faculté de Droit de Paris (le Panthéon) où il obtient sa Licence, puis étudie à la Faculté des Sciences Humaines de Paris (la Sorbonne) où il obtient l’agréation de Philosophie et un doctorat és Lettres.

Nous lui rendrons bien évidemment hommage pour célébrer ses 100 ans en cette fin d’année.

 

Sa biographie complète sur le site du Collège de France:

http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/ins_pro/claude_levistrauss.htm

Sa biographie sur MEMO:

http://www.memo.fr/Dossier.asp?ID=304

Sa page sur Wikipedia:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_L%C3%A9vi-Strauss

 

Quelques publications de Claude Lévi-Strauss:

Principaux ouvrages

La Vie familiale et sociale des Indiens Nambikwara, 1948.
Les Structures élémentaires de la parenté, 1949. Nouvelle édition revue et corrigée, 1967.
Race et histoire, 1952.
Tristes Tropiques, 1955. Nouvelle édition revue et corrigée, 1973. Édition définitive, 1984.
Anthropologie structurale, 1958.
Le Totémisme aujourd’hui, 1962.
• La Pensée sauvage, 1962.
Mythologiques*. Le Cru et le cuit, 1964.
Mythologiques**. Du Miel aux cendres, 1967.
Mythologiques***. L’Origine des manières de table, 1968.
Mythologiques****. L’Homme nu, 1971.
Anthropologie structurale deux, 1973.
La Voie des masques, 1975. Édition revue et augmentée, 1979.
Le Regard éloigné, 1983.
Paroles données, 1984.
La Potière jalouse, 1985.
Histoire de Lynx, 1991.
Regarder écouter lire, 1993.
Saudades do Brasil, 1994.
Saudades de São Paulo, 1995.
Race et histoire Race et culture, Paris, Albin Michel/Éditions Unesco, 2002 - Réédition

En avril 2008, il fait son entrée dans la prestigieuse collection Bibliothèque de la Pléiade.

 
 Contributions et collaborations

- « Contribution à l’étude de l’organisation sociale des Indiens Bororo », Journal de la Société des américanistes, 28 (2) : 269-304, 1936.
- « On dual organization in South America », America Indígena, 4 (1) : 37-47, 1944.
- « L’analyse structurale en linguistique et en anthropologie », Word, Journal of the Linguistic Circle of New York, I (2) : 1-12, 1945.
- « La vie familiale et sociale des indiens Nambikwara », Journal de la société des américanistes, 37 : 1-132, 1948.
- « L’efficacité symbolique », Revue de l’histoire des religions, 85 (1) : 5-27, 1949.
- « Le sorcier et sa magie », Les Temps Modernes, 41 : 3-24, 1949.
- « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss », in Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie. Paris, Presses Universitaires de France : IX-LII, 1950.
- « Le Père Noël supplicié », Les Temps Modernes, 77 : 1572-1590, 1952.
- « Les mathématiques de l’homme », Bulletin international des sciences sociales, 6 (4) : 643-653, 1955.
- « Les organisations dualistes existent-elles ? », Bijdragen tot de Taal-, Land-, en Volkenkunde, 112 (2) : 99-128, 1956.
- « Sur les rapports entre la mythologie et le rituel », Bulletin de la société française de philosophie, 50 (3) : 99-125, 1956.
- « La geste d’Asdiwal », Annuaire de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (Sciences religieuses), 1958-1959 : 3-43, 1959.
- « Le problème de l’invariance en anthropologie », Diogène, 31 : 23-33, 1960.
- « L’anthropologie sociale devant l’histoire », Annales, 15 (4) : 625-637, 1960.
- « On manipulated sociological models », Bijdragen tot de Taal-, Land-, en Volkenkunde, 116 (1) : 45-54, 1960.
- « Jean-Jacques Rousseau, fondateur des sciences de l’homme », in Jean-Jacques Rousseau. Neuchâtel, La Baconnière, 1962.
- « Les limites de la notion de structure en ethnologie », in Roger Bastide, ed., Sens et usages du terme structure. La Haye, Mouton : 40-45, 1962.
- « The future of kinship studies. The Huxley Memorial Lecture 1965 », Proceedings of the Royal Anthropological institute of Great Britain and Ireland : 13-22, 1965.
- « Le triangle culinaire », L’Arc, 26 : 19-29, 1965.
- « Discours pour la remise de la médaille d’or du CNRS », Le Monde, 13 janvier : 9, 1968.
- « Comment meurent les mythes », Esprit, 39 : 684-706, 1971.
- « Réflexions sur l’atome de parenté », L’Homme, revue française d’anthropologie, 13 (3) : 5-30, 1973.
- « Structuralisme et empirisme », L’Homme, revue française d’anthropologie, 16 (2-3) : 23-39, 1976.
- « Nobles sauvages », in Culture science et développement : contribution à une histoire de l’homme. Mélanges en l’honneur de Charles Morazé. Toulouse, Privat : 41-55, 1979.
- « Culture et nature. La condition humaine à la lumière de l’anthropologie », Commentaire, 15 : 365-372, 1981.
- « L’adieu à la cousine croisée », in Les Fantaisies du voyageur, XXXIII variations Schaeffer. Paris Société française de Musicologie : 36-41, 1982.
- « Histoire et ethnologie », Annales, économies, sociétés, civilisations, 38 (6) : 1217-1231, 1983.
- « Du mariage dans un degré rapproché », in Jean Claude Galey, ed., Différences, valeurs, hiérarchie : textes offerts à Louis Dumont. Paris, Ed. de l’EHESS : 79-89, 1984.
- « Siamo tutti cannibali », La Repubblica, 10 octobre 1993.
- « La sexualité féminine et l’origine de la société », Les Temps Modernes, 598 : 78-84, 1998.
- « Apologue des amibes », in Jean-Luc Jamard, Emmanuel Terray, Margaritha Xanthakou, eds, En substances : textes pour Françoise Héritier. Paris, Fayard : 493-496, 2000.
- « La leçon de sagesse des vaches folles », Champ libre, 11 : 3, 2000.
- « Productivité et condition humaine », Etudes rurales, 159-160 : 129-144, 2001.
- « Figures en sablier » in Pierre Maranda, dir. The Double Twist. From Ethnography to Morphodynamics, Toronto, University of Toronto Press : 15-32, 2001.
- « De grées ou de force », L’Homme, revue française d’anthropologie, 163 : 7-18, 2002.
- « Préface » in Luis Donisete Benzi ed., Brésil indien : les arts des Amérindiens du Brésil, Paris : Éditions de la Réunion des musées nationaux, p.16-17, 2005.
- « L’ethnologue devant les identités nationales », in XVII Premi internacional Catalunya ,2005 Barcelone, Generalitat de Catalunya ; Paris, Académie Française, 2005.

Source: Collège de France.

http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/ins_pro/claude_levistrauss.htm

Recrutement du Sorbonne Post-Scriptum: DRH

Mardi 30 septembre2008

Le Sorbonne Post-Scriptum recherche des membres actifs pour son Département Ressources Humaines.

 

Statut:

Membre actif bénévole de l’association loi 1901 à but non lucratif, Sorbonne Post-Scriptum, réseau professionnel international des étudiants et anciens élèves de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 

Mission:

Notre Département Ressources Humaines est responsable du recrutement des membres actifs de l’association via la définition des besoins en recrutement et la rédaction de fiches de poste avec le président du SPS, la diffusion de nos offres sur notre site et nos groupes sur réseaux sociaux, la détection de hauts potentiels parmi nos étudiants de Master et nos anciens élèves, la sélection des meilleurs candidats sur CV et entretien et enfin, l’intégration des nouvelles recrues par l’organisation de réunions de présentation du réseau et de leurs responsabilités.

 

Profil recherché:

Vous êtes étudiant ou ancien élève d’un des Masters en Ressources Humaines, Organisation, Droit du Travail ou Droit Social de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Vous parlez anglais et disposez déjà d’une expérience professionnelle en RH. Vous êtes motivé et souhaitez vous investir au sein de notre association pour au moins une année académique afin de doter notre université de son premier réseau. Vous serez disponible pour participer aux réunions mensuelles du Sorbonne Post-Scriptum.

 

Postuler:

Via l’envoi par email, qui aura pour objet DRH SPS, de votre CV à jour à: sorbonne.alumni@gmail.com

La rentrée pour nous, c’est le 13 octobre

Dimanche 7 septembre2008

Et oui, c’est déjà la rentrée universitaire le 6 octobre!

Vous pourrez  à partir du 13 octobre  créer votre compte en ligne pour bénéficier de certains services et participer au contenu de notre site et de notre blog. Soyez patients, voyons ! :-) Qu’est-ce qu’un tout petit mois en comparaison à nos 800 ans d’existence sans réseau ?  :-)

A vous de blogger !

Dimanche 7 septembre2008

Ce blog public (c’est-à-dire visible par tous) sera très souvent mis à jour avec de nouveaux contenus comme nos posts : « Le saviez-vous ? » pour pallier au manque de connaissance des étudiants de leur propre université ou réseau.

Par ailleurs, une fois votre compte ouvert sur notre site, vous pourrez aussi créer vos propres posts (textes, audios, vidéos, liens) sur ce blog en choisissant de devenir rédacteur (membre actif) du Sorbonne Post-Scriptum et/ou tout simplement poster des commentaires aux posts du Sorbonne Post-Scriptum en tant que membre adhérent normal (après modération et validation des messages par notre équipe).

PS : Pour des questions ou discussions entre anciens élèves et/ou étudiants qui n’intéressent pas forcément les internautes en dehors de la communauté Sorbonne, il vaut mieux utiliser les forums privés bientôt à votre disposition sur notre site. Merci.

Bienvenue !

Dimanche 7 septembre2008

Bienvenue sur le blog du Sorbonne Post-Scriptum, le premier réseau des Sorbonnards dans toute l’histoire de notre université, créé, élaboré et géré au quotidien par des nouveaux, actuels ou anciens étudiants de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour des nouveaux, actuels ou anciens étudiants.

 

Pour cette première en 800 ans, nous avons décidé de fédérer au sein d’un même réseau professionnel et international anciens élèves et étudiants tout en étant à la pointe des technologies de l’information et de la communication, à commencer par ce blog, qui, nous l’espérons, deviendra un lieu d’information et d’échange privilégié pour toute la communauté de la Sorbonne.